Benoit de Gauléjac

Formation

Benoit a été formé au théâtre, au chant, au clown, au théâtre baroque et à la comédie par Marianne Valéry, Yves Pignot, Jean Darnel, Philippe Vela, Jean-Denis Monory, Guillaume Coignard, Jasmine Roy

Parcours professionnel

Comédien touche à tout, Benoit est capable de faire le grand écart entre la tragédie (Andromaque, Roméo et Juliette) et le boulevard (Il faut sauver le Chêne d’Allouville, Sacré Georges, Eh ben mon cochon, Tout Bascule), les grands classiques (Le Malade imaginaire, Sganarelle ou le cocu imaginaire, Le Sicilien ou l’Amour peintre, Feu la mère de Madame, Baroufe à Chioggia) et le théâtre contemporain (Jacques et son Maître, Du vent sous les paupières, La Famille Tot), le café-théâtre (Don Quichotte ou presque, Un lit pour trois, Desperate Mamies), et la comédie musicale (Les Cancans de la Butte, Zorro le Musical, A Cuba Libre). Il a également quelques courts (Les Muets, Comme tu lui ressembles, Les Champions, Le sixième…) et longs métrages (Carbone, Rouges étaient les Lilas, Les Compagnons de la Pomponette, Dors mon lapin…) à son actif. Le tout sous la direction de grands metteurs en scènes tels que Roger Louret, Nicolas Briançon, Yves Pignot, Jean-Pierre Andréani, Daniel Leduc, Christopher Renshaw, Olivier Lejeune, Jean-Pierre Mocky….

Ce sont l’enthousiasme et la foi inébranlable de l’équipe de création qui ont convaincu Benoit de rejoindre de la qualité du projet et la nécessité de faire partie de cette belle aventure.

Citation favorite :

«  On est toujours l’imbécile de quelqu’un. Ce sont mes imbéciles à moi qui m’énervent ! » 

Son point commun avec le personnage ?

« Egon est un homme brisé par le chagrin. Il me fait penser à moi par son côté grande gueule au cœur tendre. Qui dit que je ne réagirais pas comme lui dans cette situation ? Il est difficile de se battre contre ses propres démons, surtout au moment où on doit les affronter réellement. »